CENTRE D'ART CONTEMPORAIN DE SAINT-RESTITUT / AUVERGNE-RHÔNE-ALPES // DRÔME

Dix huit, un monde nouveau

du 10 septembre au 30 décembre 2018

plasticiens, photojournalistes, archives... JM Cerino, N Daubanes, P Garcia, I Levasseur, E Manigaud, F Vergier, A. Carmona - ClercK...

Vernissage : le 10 septembre à 19h
précédé d'une conférence à 18h au 18, Passage de la guerre à la paix par Pap N’diaye, professeur à Sciences Po Paris et Laurent Van der Stockt, visa d'or 2017, animée par la journaliste Mathilde Boussion, en présence des artistes

Horaires : juillet/aout 10h30 à 12h et 15h30 à 19h, fermé le lundi, septembre/juin 15h à 18h et sur rendez-vous

Entrée libre et gratuite

Structure : Centre d'art contemporain de Saint-Restitut

Blog du Centre d'art contemporain

En 2014, le Centre d'art contemporain de St-Restitut impliquait les habitants de St-Restitut en partenariat avec la Commune, le comité des fêtes, le foyer rural, les Anciens combattants et les archives de St-Paul-Trois-Châteaux, dans la préparation de l'exposition 14, qui présentait les archives privées de saints-restitutiens et les créations d'artistes contemporains en dialogue avec l'actualité de 2014 vues par les photojournalistes Laurent can der Stockt, Noël Quidu et Jérôme Delay.

Avec les mêmes partenariats locaux, pour 2018, le Centre d'Art Contemporain propose, sous les directions de Pap N'Diaye, professeur à Sciences Po Paris, pour le côté scientifique, d'Annie Delay, historienne de l'art pour le volet artistique, et de la journaliste Mathilde Boussion pour le photojournalisme, d'ouvrir les réflexions entre histoire, art contemporain et géopolitique, autour de l'année 18 et le passage à un monde nouveau du 10 septembre au 31 décembre 2018.

Seront abordées les questions des femmes et la guerre (Eloquente compagnie de St Restitut), des sufragettes (Jean-Marc Cerino); des enfants et la guerre "La guerre des gosses" par le photographe Léon Gimpel, du retour des hommes, les traumatismes psychiques et physiques (Claude Buraglio), les gueules cassées, les chevaux (Eric Manigaud) et le tourisme de mémoire avec les cimetières (Nicolas Daubanes) ; la musique par Jean-Michel Alberola. Il sera également question de l'accélération du progrès technique (rôle important de la photo (collection Guy Richard et Thierry Sibra), de la redistribution des frontières (Pablo Garcia), des révoltes et de l'espérance sociale (Pierre Buraglio et Françoise Vergier). Retours sur une époque qui a connu des grands changements dans l'art et, entre autre, sollicité des sculpteurs avec la réalisation d'un monument au mort dans chaque commune, (avec Johanna Quillet pour le département de la Drôme).

Les archives (presse, photographies, lettres...) jouxteront les créations en arts plastiques réalisées spécialement pour l'exposition ainsi que des dessins d'humour noir, toujours d'actualité, de Roger Blachon aux artistes contemporains. S'agissant d'aujourd'hui, l'exposition de visa 2017 du photographe Laurent Van der Stockt, visa d'or 2017 avec des reportages pour le Monde.

© 2018, Eric Manigaud, Chevaux brûlés ,desin poudre de graphite