ESPACE VALLÈS / ART CONTEMPORAIN / AUVERGNE-RHÔNE-ALPES // ISÈRE

Mathilde Denize, Faire Part

du 2 juin au 1er juillet 2017

Vernissage : le 1er juin 2017, à partir de 18h30

Commissaire d'exposition : Frédéric Guinot

Horaires : du mardi au samedi, de 15h à 19h, et sur rendez-vous

Entrée libre et gratuite

Structure : Espace Vallès / Art contemporain

Site internet de l'Espace Vallès
Site internet de Mathilde Denize

L’espace Vallès présente le travail que Mathilde Denize, artiste parisienne trentenaire, a réalisé durant ses trois mois de séjour à la Résidence Saint-Ange, à Seyssins. Un travail empreint d’une mélancolie légère qui associe peinture, céramique et objets détournés.
 
À distance de l’ostentatoire et du tapageur, l’art de Mathilde Denize, par sa manière, tient plutôt du chuchotement. L’artiste nous amène en effet du côté de l’intime, où l’on ne saurait se confier qu’à demi-mot. Il faut alors comme se pencher et tendre l’oreille pour deviner la teneur du secret qu’ainsi elle voudrait nous souffler.

À partir de petits riens, Mathilde Denize procède par libres associations. Elle agence dans de modestes mises en scène, relie par des correspondances intuitives des choses de peu de poids et de peu de prix qu’elle a trouvées, ici ou là, pas même des choses, des bribes dénichées dans le bric-à-brac d’une brocante à deux sous. Ce sont des bouts d’objets sans prétention, des objets ébréchés, incomplets, désuets, obsolètes, dérisoires, déclassés, mais toujours étonnamment singuliers, qu’elle a choisis, afin de les accorder à d’autres du même acabit. On dirait des fragments remontés au jour du fond d’une lointaine mémoire où ils étaient enfouis, d’humbles trouvailles archéologiques. Leur mise en situation dans des combinaisons plastiques les sauve du néant auquel ils étaient promis et les affecte d’un pouvoir d’émotion, les charge à nouveau de vie et de sens. Il est vrai qu’à condition qu’on sache regarder avec une attention bienveillante et en évitant toute tentation grandiloquente, la poésie peut éclore du plus simple prosaïsme. (...)
Extrait  texte de J-P Chambon, Périphériques, magasine culturel, St-Martin-d'Hères