IAC - INSTITUT D'ART CONTEMPORAIN VILLEURBANNE / RHÔNE-ALPES / AUVERGNE-RHÔNE-ALPES // RHÔNE

Otium #4

du 29 mai au 18 août 2019

Leone Contini, Maria Laet, Kate Newby

Vernissage : 28 mai 2019 à 18h30

Commissaire d'exposition : Nathalie Ergino, assistée d’Elli Humbert

Horaires : du mercredi au vendredi de 14h à 18h, samedi et dimanche de 13h à 19h

Entrée libre et gratuite

Structure : IAC - Institut d'art contemporain Villeurbanne / Rhône-Alpes

Site internet de l'Institut d'Art Contemporain
Compte Tumblr de Leone Contini
Site internet de Maria Laet
Site internet de Kate Newby

L’IAC, qui place la recherche au cœur de ses activités, se présente ponctuellement comme lieu de l’otium, un laps de temps intermédiaire propice à la réflexion, à la méditation, à la prise de conscience. Les jardins, comme les espaces intérieurs, sont alors ouverts comme pour initier un autre espace-temps.

Otium #4 rassemble les expositions personnelles de trois artistes d’une même génération et de trois continents : Leone Contini, Maria Laet et Kate Newby.

Avec des gestes simples et mesurés, ces artistes partagent le désir d’initier d’autres modes d’être, en porosité avec l’environnement, auquel ils accordent leur attention et leur soin. Ils proposent un recentrement, un souffle, le plus souvent en lien avec la terre, entre germination, collecte et réparation. Dans ce temps ralenti, Leone Contini, Maria Laet et Kate Newby, œuvrent à initier ou rétablir des liens entre les humains et les choses, souvent les plus ordinaires, que l’on ne regarde plus ou que l’on ne peut pas voir. Leur pratique est synonyme d’organicité et d’infra-mince.

Appréhendées de façon cosmomorphe*, ces trois expositions proposent des œuvres qui tels des « cosmo-gestes », conduisent à la transformation de notre rapport au monde.

* Alternative au schéma anthropomorphe qui marque notre civilisation moderne occidentale, la pensée cosmomorphe se représente le monde comme relation, en dehors de toute dichotomie et catégorie. Introduite par l’anthropologue Maurice Leenhardt et réactivée par le philosophe Pierre Montebello, elle se fonde sur la co-activité qui mobilise chacun des acteurs du cosmos, en décentrant et en élargissant notre perception. Un monde cosmomorphe est conduit par un processus en mouvement continu dont chaque terme est inséparable. Il entrelace ainsi l’homme à la multiplicité des êtres qui le composent, leur redonne la parole et repositionne l’humain comme acteur solidaire du milieu dans lequel il vit.