LA HALLE - CENTRE D'ART DE PONT-EN-ROYANS / AUVERGNE-RHÔNE-ALPES // ISÈRE

PANEM ET CIRCENSES I

du 2 mai au 30 juin 2018

Maha Yammine, Marwan Moujaes

Vernissage : le 28 avril 2018 à 18h

Commissaire d'exposition : Giulia Turati

Horaires : les mardi et vendredi de 16h à 19h, et les mercredi et samedi de 9h à 12h et de 14h à 18h, et sur rendez-vous les autres jours

Entrée libre et gratuite

Structure : La Halle - Centre d'art de Pont-en-Royans

Site internet de la Halle
Site internet de Maha Yammine
Site internet de Marwan Moujaes

Ce projet en deux volets comprenant une édition est co-organisé avec l’Espace arts plastiques Madeleine-Lambert de Vénissieux : vernissage de l'exposition PANEM ET CIRCENSES II, le vendredi 4 mai à 18h30.

La Halle et l’Espace arts plastiques Madeleine-Lambert de Vénissieux s’associent pour présenter la première exposition d’envergure des jeunes artistes libanais, Maha Yammine et Marwan Moujaes. Le projet est conçu d’une manière organique dans les deux lieux et pendant la même période.

Le titre, également commun, est une citation du poète latin Juvénal. Il se traduit par "du pain et des jeux" et fait référence à la stratégie adoptée par les empereurs romains pour garder la paix sociale et, ainsi, l’emprise sur le peuple dont les besoins premiers auraient été satisfaits et le sens critique domestiqué grâce aux divertissements proposés. Les deux artistes ont choisi cette phrase, désormais d’usage fréquent, comme point de rencontre des leurs pratiques respectives et aussi comme fil rouge du parcours dans les deux espaces, parmi les différentes œuvres.

Partant de l’Histoire de leur pays, et plus en général des pays du Levant, le travail des artistes met en forme, d’une part, le quotidien, les anecdotes et les souvenirs les plus intimes d’anonymes qui ont vécu ces évènements marquants (Maha Yammine) ; d’autre part, les œuvres puisent dans la symbolique religieuse et dans le mythe pour donner une signification géopolitique lourde de sens et de valeurs à des objets ou à des paysages apparemment anodins (Marwan Moujaes). Ainsi le visiteur va découvrir – entre autres - des jeux impossibles à mettre en place, des images de montagnes qui invitent à la contemplation tout en étant militairement stratégiques, une installation "dissidente" qui pointe le système électoral en place ou encore des œuvres vidéo où des conversations triviales, des cérémonies ou autres moments de vie renvoient à un contexte social et politique plus large.

Maha Yammine, Wall, 2015 © Mathieu Harel-Vivier