MAPRAA - MAISON DES ARTS PLASTIQUES ET VISUELS RHÔNE-ALPES-AUVERGNE / AUVERGNE-RHÔNE-ALPES // RHÔNE

Brigitte Spinelli / Alina Noir

du 16 janvier au 1er février 2020

Vernissage : le 15 janvier 2020 à 18h30

Horaires : les mardi, mercredi et samedi de 14h30 à 18h30, les jeudi et vendredi de 11h à 12h30 et de 14h30 à 18h30. Durant l'exposition des permanences seront assurées les dimanches et lundis de 13h à 19h

Entrée libre et gratuite

Structure : MAPRAA - Maison des arts plastiques et visuels Rhône-Alpes-Auvergne

Site internet de la MAPRAA
Site internet d'Alina Noir
Compte Instagram de Brigitte Spinelli

Brigitte Spinelli a cherché une grammaire adaptée, un mode pour dire comment sa subjectivité habite le monde et organise l’espace de la toile. Elle vient visiblement de l’expressionnisme abstrait, du merveilleux souffle libérateur qu’il représente avec son audace et cette sorte de mystique brute qui le traverse. Elle a ce même rapport avec la nature indomptée, quelque chose d’autre qu’une simple délectation face au paysage, un rapport plus "chamanique", un questionnement courageux. Elle mêle, à cette influence, la fraîcheur d’un humour caractéristique. Cette rencontre assez frontale de deux approches qui pourraient sembler contradictoires, participe à la vitalité de sa peinture, et sans doute à sa modernité, par la souterraine mais visible persistance de l’énergie d’un surréalisme décapé de son folklore. 

Alina Noir est une artiste et chorégraphe vivant à Lyon. Dans son travail on assiste à des rapports de force, cependant l’objet du désir reste inconnu pour celui qui regarde et peut-être pour les personnages eux-mêmes. Les enjeux de domination sont représentés avec des gestuelles qui puisent dans les caractéristiques picturales des peintures de la renaissance. Pour cette exposition, Alina Noir présente une série de photographies ainsi qu’une performance de danse intitulée Solitude(s), qui abordent les thèmes de l’altérité et de l’étrangeté. Les performeurs initient des rapprochements entre eux, ainsi qu’avec le public, en évoquant des rites archétypaux de mise en relation entre individus, par la tendresse, la séduction, l’agressivité, et le conflit. 

Alina Noir, Solitude(s) #19, photographie digitale imprimée sur papier baryté, 60 x 90 cm, 2019