LA SALLE DE BAINS / AUVERGNE-RHÔNE-ALPES // RHÔNE

Chloé Delarue, TAFAA#30 - Salle 3

du 11 au 19 septembre 2020

Vernissage : le 10 septembre 2020, à partir de 16h

Horaires : du mercredi au samedi, de 15h à 21h

Entrée libre et gratuite. Jauge limitée, port du masque souhaité

Structure : La Salle de bains

Site internet de la Salle de bains
Site internet de Chloé Delarue

La Salle de bains est heureuse d’inviter Chloé Delarue pour une exposition en trois salles et trois temps à Lyon qui accueillera ainsi le premier projet monographique d’envergure de l’artiste en France.

Les sculptures, les installations et les films de Chloé Delarue déploient un univers plastique dense et matériel tandis qu’ils découlent d’une analyse clairvoyante des régimes de pouvoir, des modes d’être et de perception alors que s’accomplit la dématérialisation des activités humaines, les hybridations technologiques du vivant, ou encore l’autonomisation des intelligences artificielles. Depuis 2015, son travail se présente sous l’acronyme TAFAA pour Toward A Fully Automated Appearance, soit un régime de visibilité autant qu’une matérialité perceptible, et le plus souvent immersive. TAFAA est pour l’artiste un outil théorique autant qu’esthétique, un dispositif s’instruisant des transformations cognitives et sensorielles qui adviennent à l’ère digitale. TAFAA serait aussi la manifestation hallucinante d’un futur qui aurait vieilli avant qu’on le rejoigne, dans un temps dilaté où le monde autrefois décrit par la science fiction est déjà achevé. Chaque œuvre ou exposition est la séquence d’un même scénario a-chronologique, ou le fragment d’un seul paysage sans lieu. Elles prennent la forme d’environnements produisant une atmosphère confuse, habitée par une activité à a fois mécanique et organique, plus ou moins clandestine, laissant apparaître des traces de notre présent sous la forme d’empreintes de technologies et de corps obsolètes.

Pour La Salle de bains, Chloé Delarue conçoit un projet en trois parties interdépendantes qui s’autoalimentent, opèrent des passages d’un medium à l’autre, d’une temporalité à l’autre, sur le mode du reflux. La salle 1 est une installation qui occupera tout le temps de l’exposition, dans l’espace de La Salle de bains, une machine organique productrice de son propre biotope. Cet organisme subira des modifications induites par les productions des salles 2 et 3 – à moins qu’elle ne commande ces autres évènements, comme le concert exceptionnel de l’artiste sud-coréen Jaeho Hwang qui a créé pour TAFAA #30 de nouveaux morceaux dans la veine de son premier album Non-self. Le concert sera aussi le lieu de tournage d’un film qui sera projeté dans la dernière salle qui se tiendra dans un autre espace post-industriel et familier.