HÔTEL FONTFREYDE - CENTRE PHOTOGRAPHIQUE / AUVERGNE-RHÔNE-ALPES // PUY-DE-DÔME

Contre-histoires

du 17 octobre 2019 au 18 janvier 2020

Collectif Abounaddara, Taysir Batniji, Ali Cherri, Alexis Cordesse, Jim Goldberg, Manuela Marques, Édith Roux, Larissa Sansour, Michael Schmidt

Vernissage : le 16 octobre 2019 à 18h30

Commissaires de l'exposition : Pascal Beausse, responsable de la collection photographie du Cnap ; Jean-Charles Vergne, directeur du FRAC Auvergne ; François-Nicolas L'Hardy, directeur de l'Hôtel Fontfreyde

Horaires : du mardi au samedi, de 14h à 19h. Fermé le dimanche, le lundi et les jours fériés suivants : 1er janvier, 1er mai, 1er novembre, 25 décembre.

Entrée libre et gratuite

Structure : Hôtel Fontfreyde - Centre photographique

Site internet de la Ville de Clermont-Ferrand
Site internet du Cnap
Site internet du FRAC Auvergne
Site internet du réseau Diagonal

Cette présentation des oeuvres et acquisitions les plus récentes du Cnap, en vidéo et en photographie, est l'occasion d'une réflexion sur les représentations des événements majeurs de l'histoire contemporaine récente. Comment l'histoire est-elle vue et enregistrée par les artistes ? Réflexion sur la représentation du monde par les images, de leur véracité ou de l'histoire indicible ou invisible et pourtant, effectivement là. En articulant les mécanismes et les codes de la communication, les artistes invitent à une distanciation critique face aux flux des images, ou bien, délibérément nous percurtent par des histoires auxquelles nous voudrions échapper. 

"Contre-histoires, ou comment proposer à la communauté des regardeurs, depuis le champ de l'activité artistique, et en-dehors du domaine académique ou des canaux médiatiques, une connaissance alternative sur les conditions de vie qui les rassemblent autour d'une histoire commune et de lieux partagés. En entrecroisant la fiction et la documentaire, le politique et le poétique, les artistes proposent une connaissance nouvelle, qui met en crise les versions officielles de l'histoire. Leur intérêt pour les micro-histoires singulières met en avant des récits subjectifs, pour accorder autant d'importance aux sentiments et souvenirs de figures anonymes, restées ignorées jusqu'alors; qu'à celles des puissants, des décideurs, des maîtres de guerre. Il s'agit de pratiquer, selon les mots de Jacques Rancière, "une opération poétique sur les conditions du savoir" ".
Pascal Beausse, responsable de la collection photographie du Cnap