GALERIE HENRI CHARTIER / AUVERGNE-RHÔNE-ALPES // RHÔNE

Henri Comby, 1965>1980

du 28 janvier au 27 février 2021

Vernissage : le 30 janvier 2021, de 12h à 17h

Horaires : du mercredi au dimanche, 10h à 17h30

Entrée libre et gratuite

Structure : Galerie Henri Chartier

Site internet de la Galerie Henri Chartier

Né le 3 août 1928 au Puy-en-Velay, à l'âge de quatorze ans, son voisin, un maître verrier, lui transmet sa passion du dessin. Il étudie successivement à l'école des Beaux-Arts de Lyon, puis à Paris à l'Académie de la Grande Chaumière et à l'Académie Ranson. Il fréquente les ateliers de Fernand Léger et Jean Deyrolle.

"Il s’agit pour Henri Comby d’ouvrir une époque comme des médecins d’antan ouvraient des corps pour y déceler une pathologie, un fonctionnement physiologique, une organisation singulière. Et l’on ne peut, ici, que renvoyer à l’enfance et à l’adolescence d’Henri Comby découvrant des carcasses d’animaux pendues dans la charcuterie familiale, ou visitant un abattoir porcin. Il dira d’ailleurs lui-même son admiration pour les écorchés de Rembrandt ou de Soutine, par exemple. Comment c’est fait un corps (animal ou humain), comment c’est fait une architecture religieuse romane ou baroque, comment c’est fait une usine, une soufflerie, une machine-outil… ? Quels organes les composent, quels flux et mouvements les traversent, quelles analogies les rapprochent… ? Telles sont les questions que posent au fond les sculptures en métal, les dessins, les collages, de l’artiste. Il ne s’agit pour lui ni d’en faire l’éloge ni une critique frontale, mais toujours et encore de s’étonner à la fois de l’ingénierie humaine et naturelle, et de sa possible sauvagerie destructrice. Et aussi, d’inventer à travers des formes artistiques de nouveaux fonctionnements, de nouvelles harmonies, de nouvelles organisations bio-industrielles. Avec, pour alléger le tout, toujours un peu d’humour."
Extrait "Henri Comby, moteur!", Jean Emmanuel Denave, journaliste culturel et critique d'art, octobre 2020

Henri Comby, Collage et aquarelle sur papier, 64,5x50cm, 1966 © photo Blaise Adilon