URDLA / AUVERGNE-RHÔNE-ALPES // RHÔNE

Maïté Marra, DURGENCE LAMOUR

du 15 décembre 2020 au 27 février 2021

Horaires : du mardi au vendredi, de 10h à 18h, et le samedi de 14h à 18h

Entrée libre et gratuite

Structure : URDLA 

Site internet de l'URDLA
Lien vers la Fabrique du Nous

L’Institut d’art contemporain et URDLA proposent un nouveau projet destiné à se renouveler tous les deux ans à Villeurbanne : La Fabrique du Nous, une invitation à la création et à la rencontre à l’échelle du territoire. Comment apprendre ensemble à construire du lien avec l’art en partage ?

À URDLA, Maïté Marra interroge la fabrique singulière d’un nous sur le fil de la parade amoureuse à partir notamment de la figure érigée par le cinéma hollywoodien de Cary Grant.

La proposition se déroule en deux temps, en premier lieu la présentation de Monument 600 dpi, installation immersive, composée de dix écrans qui projettent de manière aléatoire 60 films, qui laissera la place à DURGENCE LAMOUR et à la figure de fiction de Cary Grant, précisément sa performance ambiguë dans North by Northwest (La Mort aux trousses) d’Alfred Hitchcock. La boîte d’allumettes, aux initiales du personnage Roger O. Thornhill, ROT, constitue, dans sa main, l’objet premier du départ du rituel. De son côté Eve Kendall entre dans la danse avec : « I never discuss love on an empty stomach. » Ça matche, ça allume des corps érotisés par les mots et l’image. Pourtant les corps de l’un et de l’autre sont politisés et socialisés par des pouvoirs s’exerçant sur eux. L’enchevêtrement des situations, les glissements d’images se faufilent entre les métaphores, les sous-entendus et les références au cinéma. La flamme de l’allumette qu’on craque aveugle plus qu’elle n’éclaire.

Maïté Marra invite à se saisir de la complexité et des finesses qui se dissimulent derrière les représentations archétypales. Cary Grant, issu des milieux du cirque et de la danse, n’est pas sans lien avec Polichinelle, personnage de l’improvisation, qui ne meurt jamais, qui ne cesse de renaître : corps-Janus qui rit quand il devrait pleurer, pleure quand il pourrait en rire, mange, défèque, dort…

Fragmentation, éclatement, travestissement, retournements de situation, burlesque, cascades… la flamme est aussi bien celle de la séduction que celle du rituel, à l’origine du feu qui brûlera le bonhomme carnaval, marquant ainsi la fin de la saison froide et expiant les maux de la communauté.

DURGENCE LAMOUR
 est aussi un recueil que le visiteur pourra consulter et dont une lecture sera donnée le 19 novembre en soirée. Il rassemble des fragments arrachés à leur contexte, des écrits comme autant de souffles, comme ce qui déborde, déborde le corps.

Déplacement de motifs et de mots ainsi procède l’exposition qui transforme la problématique vertigineuse de la fabrication et de l’enregistrement de l’image au travail dans l’œuvre de Maïté Marra en une métaphore tragi-comique.