LA SALLE DE BAINS / AUVERGNE-RHÔNE-ALPES // RHÔNE

Matthew Burbidge, The Gaps in my Knowledge II - Salle 2

du 6 au 28 mars 2020. L'exposition est prolongée. 

Vernissage : le 5 mars 2020 à 18h30

Horaires : du mercredi au samedi, de 15h à 19h

Entrée libre et gratuite

Structure : La Salle de bains

Site internet de La Salle de bains
Site internet de Matthew Burbidge
Compte Instagram de la Salle de bains

Du fait du contexte, l'exposition, accessible à nouveau depuis le 13 mai, est prolongée. 

Jusqu’à la réouverture de La Salle de bains, vous trouverez régulièrement de nouvelles images de la salle 2 de l’exposition de Matthew Burbidge, The Gaps in my Knowledge II sur le site internet de la Salle de bains et leur compte Instagram. 

Et en guise d’extension de l’exposition, voici Essays and Argumentation #3 de Matthew Burbidge (cliquez ici).

L’invitation faite à Matthew Burbidge de réaliser une exposition dans le format que La Salle de bains développe depuis plusieurs années (trois salles successives) sera l’occasion de découvrir un travail peu représenté malgré l’actualité de son attitude d’artiste qui interroge sans cesse l’acte et le processus créatif dans le monde contemporain, cela depuis une position modeste, un artiste travaillant et fabriquant avec ses mains dans l’atelier.

L’exposition The Gaps in my Knowledge présentée à l’automne 2019 à Studio im Hochhaus (Berlin) rassemblait déjà la quasi totalité des œuvres que Matthew Burbidge a réalisées ces dernières années (à la fin des années 10 du vingt-et-unième siècle).

Tous les objets présentés dans l’exposition proviennent de l ‘atelier. Ils sont le fruit d’une pratique quotidienne de la sculpture qui se présente pour l’artiste comme le complément d’une pratique domestique de peinture. Leur rencontre avec le spectateur se joue dans une installation où ces objets, tel un minerai brut de la création, sont juxtaposés en songeant à la technique du montage dans les films de Jean-Luc Godard : où le saut entre deux images hétérogènes laisse un espace pour le spectateur qui s’insère dans le montage et y participe de manière subjective. Dans son apparente simplicité, le travail de Matthew Burbidge regorge de multiples références culturelles et de symboles. Ainsi du chiffre trois qui se retrouve dans la répétition de la forme emblématique du triangle : « Le trois est important car il interrompt la relation dialectique entre l’œuvre et le spectateur. Cette relation individuelle bilatérale est ce sur quoi se fond la consommation de l’art dans le contexte capitaliste actuel » (Matthew Burbidge).

Reprenant l’exposition The Gaps in my Knowledge et l’augmentant de nouveaux chapitres, The Gaps in my Knowledge II est envisagée comme une chorégraphie où les sculptures et les peintures se présenteront dans différents agencements successifs démultipliant encore les gouffres, les
ailles, les lacunes, les sauts et les ellipses. Cette exposition ne cessera pas de se construire depuis ses propres creux.