CENTRE D'ART BASTILLE / AUVERGNE-RHÔNE-ALPES // ISÈRE

Samson Pignot-Renevey, Project Room : Jeux d'Adresse #1

du 4 novembre 2020 au printemps 2021

L'exposition est visible en ligne à partir du 4 novembre 2020 et se déclinera sous plusieurs formats

Structure : Centre d'art Bastille

Site internet du Centre d'art Bastille

Cette exposition est réalisée grâce au soutien de la Ville de Grenoble, de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes, de la Région Auvergne Rhône-Alpes, du Conseil départemental de l’Isère, de la Régie du téléphérique et de fonds privés grâce aux mécénats d’entreprises et de particuliers. Nous remercions Samson Pignot-Renevey. Nous remercions également l'ÉSAD •Grenoble.

Pendant la première période de confinement, le Centre d'art Bastille a invité Samson Pignot-Renevey un jeune artiste diplômé de l'ÉSAD •Grenoble en 2017. De cette invitation est née une exposition mouvante, visible en ligne à partir du 4 novembre 2020, qui se déclinera sous plusieurs formats jusqu'au printemps 2021, et qui traite des faits récents d'actualités que nous vivons. 

Samson Pignot-Renevey est un artiste français. Né en 1991 à Annemasse (France), il vit et travaille à Grenoble (France).

Diplômé de l’Ecole d’Art de Grenoble, Samson 
Pignot-Renevey s’intéresse à notre manière de s’accorder avec l’endroit que l’on habite. Sa pratique performative et sonore est influencée par les chants de travail, par la musique improvisée ainsi que la musique acousmatique. Quel ton donnons-nous à notre environnement, au paysage ? Comment nommons/chantons nous nos rapports avec ce qui nous entoure? Comment cela prend forme au cours de nos activités dans le monde? Sa recherche passe souvent par une attention sonore des milieux qu’il arpente et s’appuie également sur des questions anthropologiques, écologiques qu’il relie avec des gestes et des manière de vivre qu’il observe et extrait de leur biotope. Cet ensemble dresse un vocabulaire plastique et sonore situé qu’il déploie de manière dynamique en lien avec des manières de faire et d’être spécifique au territoire abordé.

C’est un premier jeu d’adresse.
Que faire d’un discours adressé au plus grand nombre?
Qu’est-ce que ça fait de dire les mots que l’on est censé écouter?
Comment sonnent dehors des mots que l’on écoute chez nous à l’intérieur?
Pour ce premier jeu d’adresse je vais réciter de mon mieux un discours du président de la république devant une cascade à moins d’un kilomètre de chez moi.